Roubaix : Des lunettes stylées et reconditionnées pour être zéro déchet

Il y a 1 mois 111
AccueilLille

Les lunettes de Zac investit le créneau de la lunette reconditionnée.

Les lunettes de Zac investit le créneau de la lunette reconditionnée. — Yanis Chaoui
Une société lilloise s’est lancée sur le marché des lunettes reconditionnées. Les vieilles montures sont collectées et remises à neuf dans un atelier d’insertion. Les lunettes sont proposées à des prix réduits et peuvent être équipées de verres correcteurs.

Il reste encore des créneaux inexplorés dans le zéro déchet : personne n’avait jamais pensé, en France, à se lancer sur le marché de la lunette reconditionnée. En parallèle de ses études en économie à la Catho, à Lille, Ophélie Vanbremeersch a d’abord créé, en 2020, un site Internet baptisé Les Lunettes de Zac.

« Je suis partie du constat qu’on avait tous quelques vieilles paires de lunettes qui traînent au fond d’un tiroir », explique la jeune créatrice de 20 ans. La manne atteindrait tout de même près de 100 millions de paires, rien qu’en France !

Les collectes ont d’abord été organisées au sein du réseau universitaire et de quelques entreprises. La jeune femme a ensuite frappé à la porte de la banque BNP Paribas, ce qui lui permet aujourd’hui de disposer de 174 points de collecte dans les agences bancaires. Les lunettes, elles, sont reconditionnées par AlterEos, une entreprise adaptée à l’emploi des personnes en situation de handicap, basée à Tourcoing. « Quatre postes ont été créés, sachant que chaque reconditionnement prend entre 15 à 30 minutes car la manipulation demande beaucoup de minutie », précise Ophélie Vanbremeersch.

Un millier de paires de lunettes reconditionnées chaque mois

Parmi les quelque 1.000 lunettes remises à neuf chaque mois, 40 à 50 % partiront dans des pays en voie de développement pour des missions humanitaires « car elles ne sont plus vraiment au goût du jour ». Environ 10 % seront sacrifiées sur l’autel de la formation. Le reste est remis en vente sur Internet à partir de 19 euros, en attendant l’inauguration de la boutique dont l’ouverture est prévue le 19 mai, à L’Usine de Roubaix. « On peut ainsi s’offrir une paire de Ray Ban, en parfait état, pour 49 euros », prend pour exemple Ophélie Vanbremeersch. La collection se décline aussi avec une version matières recyclées, comme des coquillages et des crustacés.

Pour les personnes dont la vue nécessite une correction, ce n’est pas de problème. Les Lunettes de Zac se fournissent chez un verrier français, pour vous monter, en partenariat avec l’opticien Antoine Lamblin, des verres correcteurs en quarante-huit heures. Et pour aller jusqu’au bout de la démarche zéro déchet, même la machine d’assemblage des verres a été reconditionnée !

Lire la Suite de l'Article