Nord : Suspecté d'avoir arnaqué au moins une trentaine de personnes lors de transactions via Internet

Il y a 1 semaine 39

« Il gagnait la confiance des gens avant de les escroquer », explique Kévin. Le jeune homme fait partie des 32 victimes de « tromperie par manœuvres frauduleuses » dont Abdessamad E. est suspecté. Ce dernier doit comparaître, jeudi, devant le tribunal correctionnel de Valenciennes dans le Nord. Et ce prévenu « ne manque pas de culot », comme l’a constaté Kévin, à son insu.

En avril 2021, ce créateur de site Internet décide de vendre un ordinateur pour 2.200 euros sur Leboncoin. Un acheteur intéressé se rend chez lui. L’affaire est conclue. La transaction financière doit se faire via un virement bancaire. En gage de bonne foi, Abdessamad E. laisse une photocopie de sa carte d’identité et d’un compte bancaire à son nom, puis transmet une preuve du virement.

Alerte sur Internet

« Il est à la tête d’une société dûment répertoriée sur le site Société.com, aucune raison de douter de son honnêteté », avoue Kevin. Sauf que, quelques jours plus tard, aucune trace du virement n’apparaît sur son compte. Il comprend vite qu’il ne verra jamais la couleur de l’argent, son acheteur multipliant les faux-fuyants pour justifier les retards. Il se décide à porter plainte et à lancer une alerte sur Internet concernant les agissements d’Abdessamad E.

« J’ai mis une annonce sur les réseaux sociaux et j’ai eu un rapide retour de cinq ou six autres victimes, raconte Kévin. Je me suis aperçu de l’ampleur de ces agissements. » Son travail de recherche d’autres victimes permet à la police de faire avancer le dossier et de reconstituer deux scénarios bien rodés.

Déjà condamné

Le premier consiste à acheter du matériel hi-tech sans jamais le payer. Le second, à proposer des iPhone à prix réduits sans jamais les livrer. Le prévenu a, par ailleurs, déjà écopé d’une peine de prison avec sursis, en mai 2021, pour ce genre d’arnaque. En novembre 2019, il avait également été condamné pour vol.

« La particularité de cette affaire, c’est que le suspect ne se cache pas. Il donne son identité, son adresse. Il agit en toute impunité. Le fait d’avoir déjà été condamné ne l’empêche pas de continuer son trafic », indique Kévin. Pour son avocate, Me Astrid Lenglin, « l’escroquerie est caractérisée par la présentation de faux documents concernant les promesses de virement ».

En situation de récidive, le prévenu risque dix ans de prison.

Lire la Suite de l'Article