Coronavirus : qu’est-ce que l’alerte maximale et qu’est-ce que ça change ?

Il y a 10 mois 191

La situation épidémique continue de se dégrader en France. L'Ile-de-France, Lille, Aix-Marseille, Saint-Étienne, Montpellier, Rouen, Toulouse, Lyon et Grenoble sont en alerte maximale. Les habitants de ces métropoles doivent respecter un couvre-feu entre 21 heures et 6 heures depuis samedi 17 octobre. Le Premier ministre devrait annoncer le placement de nouvelles zones en alerte maximale lors du point presse hebdomadaire ce jeudi 22 octobre.

Plusieurs questions se posent : comment est décidé le passage à ce niveau d'alerte ? Quelles sont les mesures sanitaires supplémentaires ? Que peut-on faire et ne pas faire ? 

Pour qu'une zone passe en état d'alerte maximale, elle doit répondre à trois critères indiquant que la circulation du virus est trop importante : qu'il y ait plus de 100 cas pour 100.000 habitants pour le taux d'incidence du virus, plus de 250 cas pour 100.000 habitants chez les 65 ans et plus et 30% de lits en réanimation occupés par des patients Covid-19.

Ces trois indicateurs s'affolent dans plusieurs villes de France. Le nombre de contaminations explose à Nantes, Strasbourg, Clermont-Ferrand et tout le département du Nord. La situation est particulièrement critique à Saint-Étienne, où l'ensemble du département de la Loire devrait passer en alerte maximale. Le taux d'incidence atteint les 700 cas pour 100.000 habitants. Lundi, l'Agence Régionale de Santé a par ailleurs demandé aux établissements privés et publics de déprogrammer toutes les opérations non urgentes.

Des mesures sanitaires plus restrictives

Sur l'ensemble du territoire, le gouvernement et les acteurs de la santé demandent aux Français d'appliquer les recommandations sanitaires : le port du masque, le lavage régulier des mains, le respect de la distanciation sociale ou encore la "règle des six" dans les établissements publics et la sphère privée.

Lorsqu'une zone est placée en état d'alerte maximale, de nouvelles restrictions apparaissent pour les habitants concernés :
- La mise en place du couvre-feu entre 21 heures et 6 heures du matin : comme pendant le confinement, certaines sorties sont autorisées sous réserve de d'être effectuées dans le cadre d'un motif dérogatoire. Il faut être muni d'une attestation remplie en bonne et due forme.
- La fermeture totale de tous les établissements recevant du public. Exceptions faites pour les lieux qui respectent un protocole sanitaire strict comme les musées, les cinémas et les théâtres. Sont donc concernées, par exemple, les piscines et les salles de sport.
- Le recours au télétravail : la ministre du Travail a fortement encouragé les employeurs et salariés des zones concernées à organiser "autant que possible" le travail à la maison.

Lire la suite

Lire la Suite de l'Article