Lille : Gros couac sur l’installation de bornes de recharge pour véhicules électriques

Il y a 2 jours 13
AccueilLille

Une borne de recharge  BlueLib pour voitures électriques ou hybrides, installée à Roubaix.

Une borne de recharge BlueLib pour voitures électriques ou hybrides, installée à Roubaix. — G. Durand / 20 Minutes
Une convention entre la métropole de Lille et BlueLib qui prévoyait le déploiement de bornes de recharge pour véhicules électriques dans les plus grosses communes. Des 167 bornes qui devaient être installées, seuls 22 sont sorties de terre. En décembre, la métropole de Lille (MEL) a résilié le contrat avec BlueLib.

Le courant ne passe plus. En décembre, la métropole de Lille (MEL) a résilié la convention de partenariat avec la société BlueLib qui prévoyait le déploiement de bornes de recharge pour véhicules électriques dans les plus grosses communes de l’agglomération. Déploiement qui n’a jamais eu lieu. Récit d’un fiasco.

En 2015, la MEL décide d’adopter une stratégie consistant à mailler l’ensemble du territoire métropolitain de bornes de recharge. Les voitures électriques ont déjà le vent en poupe. Une partie du travail est confiée à une régie publique pour les communes de moins de 5.000 habitants. L’autre est accordée à l’entreprise BlueLib chargé du financement et de l’exploitation des bornes dans les plus grandes villes.

Seulement 22 bornes sur 167

L’idylle commence pourtant bien. Le 20 décembre 2018, la société BlueLib et la Mel inaugurent en grande pompe la première borne électrique du partenariat public-privé, à Lomme. Le contrat avec la société de Bolloré prévoit l’installation de 167 bornes avant fin 2019. Deux ans plus tard, seulement 22 sont sortis de terre. Et, selon Sébastien Leprêtre, vice-président (DVD) de la MEL chargé du dossier, « certaines ne marchent pas ».

« BlueLib n’a pas respecté ses engagements, déplore-t-il. Nous avons donc décidé, par délibération, de mettre fin à la concession ». Dans le même temps, la régie de la Mel avait finalisé l’installation des 50 bornes dans les 49 petites communes volontaires et doit poursuivre ce déploiement dans les communes de l’ex-Communauté de Communes de la Haute-Deûle l’ayant rejointe récemment.

Que s’est-il donc passé dans les 41villes réservées à Bluelib ? Contactée, l’entreprise plaide un manque de réactivité de… la ville de Lille. « Nous n’avons jamais obtenu l’accord d’installer les bornes sur l’espace public », explique un porte-parole à 20 Minutes. Et, selon lui, « l’exploitation optimale du réseau ne pouvait se faire qu’à partir des bornes installées dans la ville principale, c’est-à-dire Lille ».

« Propositions inadaptées »

Dès lors, BlueLib a ralenti le déploiement dans les autres communes, tant que l’autorisation municipale n’était pas délivrée pour les 37 bornes lilloises. « Nous n’avions aucune visibilité sur ce projet industriel, pour preuve la MEL a arrêté le projet soudainement sans même nous consulter », se défend le porte-parole.

L’argument du retard pour délivrer les autorisations fait bondir Jacques Richir, adjoint (DVD) à la maire de Lille, en charge de ce dossier. « Je reconnais que la concertation a été un peu longue pour trouver des emplacements adéquats car les propositions de BlueLib étaient souvent inadaptées aux lieux. Mais nous n’avons jamais opposé de refus. En réalité, nous n’avons jamais reçu de demandes formelles d’autorisation d’installer ces bornes de leur part », assure l’élu lillois.

Nouveau plan en juin

« Nous avions demandé une installation équilibrée sur tout le territoire de la métropole et pas uniquement à Lille », insiste, de son côté, Sébastien Leprêtre qui regrette ce coup d’arrêt. « Quand nous avions mis en place ce plan de déploiement, il y a cinq ans, nous étions en avance, maintenant, nous avons pris du retard. »

Un nouveau plan doit être présenté en juin. En régie publique ou par concession au privé comme avec BlueLib ? « Toutes les options sont envisageables, répond le vice-président de la Mel. L’avantage, c’est qu’aujourd’hui, il y a beaucoup plus d’opérateurs disponibles qu’avant et que les bornes de recharges sont plus modernes et rapides. »

Lire la Suite de l'Article